y

icccc^c EaCç c

ce c

CC c

(Xx

CXX

<Cs

. cc c ^r 2l oSSt^ <C f «C <C<SCi€Xc

=- «c*r :. ^.«ct^cj

c c cc c

<i>CCC: c ce 9ÇCC C

c c c cc c

r dëx c g ce c

c c çfçcc C ex Ci c c c cxe

£ '- <C C; <C C C Cs C" cc

g ce C C Ce G c «.

g ce C C CC CS

J c c. c CcC C CC cc CCC<j£X.C

<C c .C C CCCE C

Sr cc'^p^c

Ccr ce ' "c. C cc ccc co

= 5 cc c: <c cc. d c: co cv_

c ce c cc cc cc c cc

Ce ce c c accc ce <g

TTC ce C «C CCCCC CC

CC c<; C cc CCCCCC cc

c :c ce c <C ce c "~~~ ^r

tc C c ce ccc

B'.-s'-C C cc.ee cc

x< cc ccceec c<

<1 CC Cc cCCC " c<

ELCC CC cc - : cCl cc cc _ ^cc cc <C CT cC ccc

Ï xt C cCCTC v Cc ccç <X<- <C Cc c^ ZZ o' ce <L ce c c c cc " ^_ cc <c <X< cC m c C cc; i

ciccc cc cc cccccccceece« l

!reccc:<c c «c c< ccccccc^c

W^'CC c x c cccc core - <

cc - ;cc

CCC < CCC «C<L<c CLC7.ee

C^CC^COCC c CTCcCc ■_

.. crcc cro-

_ CCCC CXX.

Cccc ccc cc crcc cccc cc

CVC CCC <TC

crC«C: cxi X<

MC CC

XcC C<3CC CC ,

exc eccce «e

<cc «cccce <c cc CCCC «c

CC cccc c ^ . ,

txc cjcccc ccc

re crcrcc «r c

CCC- < C

ccc cccc. .-<■■ ( ^ -.f.' i ccc ccjC C- v': ,,: 8C-C CCC CCCC

C « r ccc CCCC 9 c

"~< CCC CCCC cC - : <^ ■"■«. .•. ere? cor" c^. /t«

cr3 c CC(CC5 5

\ cccmcccc

c!c CSSBLCC C

=7 c< ciccccc

ccccccc

ct<iicçc

cc cue c c

T CC C^ECCICC

<r cc ccccc cc

C CCcCCCCC Cc CL C C^CC C

C CL CCCCC C

rr «C'CMECC. C

C". c ccccccc c c c; ccccccc

et c CGCCCÇc/

-"<:■< CCCCCC

- ,- >>^-CCCL'c CC

.. ( <c;:"cc, C <?

C vC

. C -CC

: cc o CCC

CGC

CCC

cc €Z<r ccc

CCCC cc CC

;c ccc <c c

x.CCZ C C

C .CCC <c C

' C cC c C

c c^«: C'-f c

c cc c c

£& c I

ji; c csC'CC <■. c c"^ c - c

r/c5fe^

> ; CC<"<

ccc c c c c

- V ccc csr*c < ccc. c c. Cc

= >c- ^ ccc c cf. ce; < c cc

rcV c^'C <c f- ' c c ccc gs

free CccC CccCC ccc cc

CC C <- -C c cCC CCC CO

cC CÏOC. CCCCC C CC CC<

7cC Cc CCC C c <. CC C cC Cc<

$r fecc c c cc c: cc ccc-

3SC CX- ;cC CCCC C (C o<? I^CC CX.-V cC cc cc CT CC C «

:cc cTc -cc c kc cï'-cC cci

Ccc CC rcC cc c 7^

SS- CC> «-CL. cc ccc «Z ! -CCC

.cc cc cC c ^r ccc

<CcC CC^CjC CCÇC^ ccc cccc >^c <a: cc cccc cc ccx CCCXT cc <: cc^c cc <rc cC/ "(CC ccc c^ £= CcC cccc, 5,^^ 5c.CC cccc cc c

CVcCC cCCC < <vcC CCCC CCC C ÇL

t <ccc cccc: ccc. 1— : cc ccccc c ^

c CC cccCC' Cc ^

7 ccccccc cc. «:

", CC^CCCCcCCa

CC'CÇCÇic

C CC

c c

cc cccc

CC C^ CCCc CC CcccCCc c

ccc<c

cccc

X CCCLCOXC CC - "g C CC ccccc cc

VC'CCCKICC Ccc -c- c <^ c<accc cc

?ccc cectx cc c

CC CCCCCCC CC

c CCC C CCC Ce ^ cC

-- ccc cfc ce Ç

cC CCÇc c ^

C -cc" c<&cc c- c<

^ C cc C^CC CC X

- CccC CCCCC cc X

- CcCC CCICC C cc

^ cc cccc 5 cc

- C_lc C€CC c< cc

J'cXCgCC c c cc cccccrc

' ex c<<rccic' <

X c C CccccC c

X cc c cscccc

C c C CCCCC c X CC CcCCCCCC

Xc c c oscc c _CC C CCCCc

_c CC cC'CC'c

C r c CccCC c

Xc CCCCCC "C

c CC3CCC c

c;c;occcc:c^c ex \lz' cc^ccc

C <C ^X c C CCS .cc

C «C «■£>:' <■ -C <lfCCc

: xc <:-sc <sfc:cr

cC CCcC^ECC C.

c <: ce oscxc ce c

X C CC CCCCC Cc c.

' cc «cc ex c: ccc <^<cc c c cccc «apec <

' C C cC <3©C CC C

c^ «Cc c.

- C C CCCCC ..c c-

^CCC CCCCCC c

«ccc, c ' c > v V

r <S'<CccC C. c S~

ce o ^cr ce C

C C Ci C «

•S^

c c c Ǥ

-cCCC:& "'C;vCt.a:«c<c(..^; c ct«oc<rcc « I c fccc'f c cc 3Jt3£CT< C.ÇC

"(^ciccc^c cc

C <S" CC CC C <3 : C <ZC .'

jC, CCcCC etc. d 'rw^-<Z c c de

:ccc/ ex

7 c c C: «5?

^ ■; c c «-'^c - - <*■<_ < ::CcC

~ c c' c< CcCC CC

■^cC <c <SC ÇC

? . ce' Vcl^ : C S&rgr net <em*f ff S ~^%

-cc Ǥ&g^ g

.* ,c cc'^ccc c<c c c-icc erre ccccc ^ cc <c<<lxcci_ cc c cc^cc cgsc'c^cc:

S £ cr«c

xv ■■ c C3

*c OSS 5

■jc. c

^<_cc <L ='ccv C CI 'CC cC

^^ S

:<rcv;c^

■"< GC<j^€C"<Cccc <z c( CCJC36CC1- "" JS. cccccc cccc C cccprc cc ccc «rr r

ï ccecifc<ccc ^_c jnr cees«c cc:cx .«~«

-*^ «. CZïcct csxssc <ccc ^C_

i \ cc'c^c: cxrv < <rTc;<c c«pccc < c «cr , ccr<««xc; ace < <T^ <c c«crcr<c < c cc ; ^c c'^c <5Cc c <r::^-^~ -C«^s:"<c; c ^c:

: «:: c;«XC_ <3T- c: <=C<C_ CIKM-CC c C «c

cc"c?^ <tTcc"ccXL CSÊvCCc^C CC :

63CC <Ci,CC cc^C C3CECCC <XC c^> Z_^(X <3^Cc<C <3sr. ^53

ci c <ccî^jî^c c;

^l_jr t <C c<^c: Cîdc < ^_ <? - <xr_ «<ec cjc; « -

^7c : ce: c ^«XC_ __<3TV c -

7 C^«ÏC «Ci,

^' ccr: cxc^C ;<:

^ c c;dCc <:

^ c cxi<CC-

cl <m CCj^^,

<sccr: oc

C CC<!

d c CCid

S C7 fC

?:c«c c

C^CjC-OC C

c <c<c ;c;

c cere

c c«C- <^: I C OC^: C <; '

C <.' c <vcc-

ccc-cl(

c C C-C<C

" c cCCC

" C c «C CC

' <r c <. CC

;<? c

LC/ <

c «;

:C«3CC C:^CC_ J;

-<:c«rc cc<^^ <: rcct< ccCvV— ç

vcT«03SC^

r cCliCCC

C" C «i^'CJC CC

<? cc'cfcs:: <^ ,

ga'-CSLC <£.

QKCCac«CC

Xct«C-

§sc ^ecc: cc

:cc*s:s: <S.ç::. cs ^'•CvfHH3L_. «CC.O ^ c ce c <agj- c ce: d cc

C <^C^KX«p-V^

.c ccX^^^c

,<" ccr ' ^

ilCilO _£:<; c«cc^ .

^ C <Xc C<X1 .

| t CC C CC v ^c, CCcCC-' rCCX CCV C C3CT «

^<& c ccc c cr ,

CGC-'CCc" C CC

rcc: cere C cc <

^-5- tCC C'CC c

3CCC c : c c cc _c c cc

„<C CC;CCC'C cc <

■v^-c cc -ccctc; cc

rCcc*.ccc<s:c cc < ^'-Ccc^cCGC c c

i^

^c cc ccr

CC CC c

c

ceo <C

Cc <Z: cc:c<

c

Hnjpr«ia|Bi ma

C'CCI ccc

LCB

cc CC cc

CCC cc c

c

^ cc:xs~ cc

<CrC CT C

£

i ccLc:ccc;

iE£&SBLÉ8m&i

c

< ' c^C5C'tC

cC-C ^_ cc

c

< ' Cd^K- cC

accc ^^ <s

x;

; c«3L;C

<C'C <CL^

^"C

CC c ^^ |

c

«- <^i r c

<3C vO ^C c

LIE

llitif,

il

Bnllctin de recherches, observations et décomertes se rapportant à l'Histoire Naturelle dn Canada.

TOME DIX-NEUF

L'ABBÉ L. PROVANCHER Rédacteur-Propriétaire.

QUÉBEC :

C. DARVEAU, IMPRIMEUR-ÉDITEUR

1890

LE

Vol. XIX Cap Rouge, Q., Juillet 1889 No. 1.

Rédacteur : M. I'Abbe PROVANCIIER.

NOTRE DIX-NEUVIEME VOLUME.

C'est avec un nouveau courage que nous commençons cette dix-neuvième année de publication. Car si notre voix a peu d'échos en certains quartiers, nous pouvons constater que nos travaux, dans certains autres, gagnent de l'importance et sont justement appréciés.

Nous ne pouvons nous glorifier de voir nos listes d'abonnés se grossir ; tout au contraire, nous voyons fréquemment se reti- rer ceux qui nous recevaient sans nous lire, ceux qui reconnais- sent que nos travaux méritent encouragement, mais laissent à d'autres le soin d'y pourvoir et vouent leur attention à tout autre sujet que l'étude des sciences.

Longtemps nous avons songé à améliorer notre publica- tion, surtout en l'illustrant davantage ; à chaque changement de gouvernement, nous avons l'espoir de rencontrer dos hommes

1— Juillet 1889.

2 LE NATURALISTE CANADIEN

qui consentent à laisser tomber, pour l'encouragement de l'étude des sciences, quelques bribes de ce» largesses dont ils sont si prodigues pour ceux qui les portent au pouvoir. Et chaque fois c'est une nouvelle déception. Les gouvernements se succèdent et se ressemblent tous sous ce rapport. En certaines circons- tances on fait sonner bien haut son amour pour le progrès, sa sympathie pour la cause de l'éducation ; maïs dans k pratique, ou attend tout du clergé, on le croit tenu, sous ce rapport, de se charger de la part qu'y doit prendre le gouvernement.

En faisant l'histoire des productions naturelles de notre province, nous accomplissons cependant la tache du gouverne- ment, qu'on remplit ailleurs à frais énormes ; et on pense, en nous jetant un quatre-cents piastres, faire tout ce qui est néces- saire ; on croit que ce serait de l'argent gaspillé que d'aller au delà.

Quoiqu'il en soit, si Dieu nous conserve vie et santé, nous voulons poursuivre le cours de nos études longtemps encore car si d'un côté nous voyons beaucoup d'apathie et d'indiffé- rence, de l'autre nous découvrons des adeptes sincères et zélés, et nous pouvons nous glorifier de gagner en qualité, ce que nous perdons en quantité.

Ces musées qu'on commence à former dans presque toutes nos institutions d'éducation, ne sont-ils pas une preuve du pro>- grès lent, sans éclat, mais sûr, dans la voie que nous traçons?... Les nombreuses correspondances que nous recevons nous en fournissent la confirmation.

Nous continuerons donc la course que nous avons suivie jusqu'ici. Après les Hémiptères, que nous allons bientôt termi- ner, nous attaquerons les Lépidoptères. Et comme notre récit de voyage nous fournit l'occasion d'une grande variété de sujets à traiter, nous le poursuivrons. D'un autre côté, comme divers amateurs .se livrent à des études diverses, nous nous proposons

UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICUAX o

de commencer prochainement l'étude des mollusques, parta- geant nos pages entre l'entomologie et la conchyliologie.

Nous avons pu constater que cette année les collèges de Levis, de Eigaud, les couvents du Bon-Pasteur, des Sœurs de charité de Québec, etc., ont commencé à s'occuper activement de la formation de musées dans leurs institutions respectives. Puissent les autres institutions encore en arrière emboîter, sans délai, le pas dans la même voie. Toute maison d'éducation devrait avoir son musée, comme on le voit dans la plupart des pays étrangers ; il est si facile d'ailleurs de se procurer des spéùmens au moyen des élèves ! Que sans plus tarder on se mette donc à l'œuvre.

<rt^t-«TO>^-

USE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX,

VOYAGE AUX ILES-DU- VENT TROISIEME PARTIE.

{Continué de la page 192 du col. XVIII).

Les enfants amènent donc le pacifique baudet de l'établis- sement dans les timons de la charrette. Cette charrette n'est ni orpheline ni veuve de ses ressorts, car elle n'en a jamais eus. Une simple planche en travers, appuyée sur les côtés, sans dossier ni coussins, forme le siège. Le Père, avec sa longue barbe et son grand chapeau de paille, s'installe au milieu, et suivons-le sur ie marché, dont les chalands sont presque tous dis] arus. C'est d'abord au boucher qu'il s'adresse pour se faire

4 LE NATURALISTE CANADIEN

céder des restes de viande qu'il n'a pu vendre. Ecoutons les dans la langue créole, qui paraît si bien convenir aux alterca- tions ; on les dirait en querelle,' et ce n'est qu'un assaut delà part du Père pour solliciter une aumône, et une paisible résistance de la part du bouclier tout s'y soustraire. Le boucher cède à la fin, et le panier commence à se garnir.

Puis passons à la marchande de légumes. Comme les femmes ont d'ordinaire la langue bien pendue, ce sont ici de vé- ritables gros mots que l'on profère.

Personne ne vient à mon secours, dit la marchande à l'air emporté, il faut que je gagne le pain de ma famille ;' faites- en de même.

Bien ! ceci c'est pour moi ; mais mes pauvres enfants, les laisserez- vous mourir de faim ?

Tenez, prenez ce lot, mais que ce soit le dernier, que je ne vous revoye plus.

Bien, merci ma bonne ; le bon Dieu vous tiendra compte de votre charité ; et soyez sûre que vous ne me reverrez pas avant demain.

Et la bonne face noire de paraître alors tout adoucie, et d'étaler les deux lignes de ses dents blanches par un sourire qui semble dire : eh bien, demain, nous verrons.

Nous admirons la bonne tenue des enfants, et l'air de santé et de satisfaction que reflètent leurs figures. Tous sont simplement mis, mais propres. Les plus petits, de 4 à 5 ans, n'ont pas de pantalons, mais tous portent une modeste chemise, au lieu d'aller nus, comme on les voit partout dans les chemins.

L'orphelinat occupe un site magnifique, sur les confins de la cité et en élévation sur une hauteur ; il a vue sur toute la ville et le port. Ajoutons qu'il possède un vaste terrain que cultive les enfants et qui constitue la principale ressource de l'établissement.

UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX 5

Mais tout en admirant la bonne tenue de cet établissement, nous sommes étonnas du dénûment qui se montre partout, com- paré avec l'ameublement de nos institutions similaires. La pauvreté n'est pas seulement théorique ici, mais elle est essen- tiellement pratique. Nous passons dans le dortoir. On étend une natte de jonc sur les planches qui forment le fond de la couchette, et avec un simple drap de serge rouge, le lit est au complet. Durant le jour, nattes et draps sont enlevés, roulés dans un coin, et les couchettes sont converties en bancs. Ce manque de comfort est encore bien préférable à la terre nue des huttes ou au pavé pierreux et poussiéreux des rues qui étaient le partage de ces pauvres orphelins abandonnés à eux-mêmes.

Tout auprès de l'établissement du P. Forestier, se trouve, mais à un échelon d'une trentaine de pieds dans l'ascension de la colline, l'orphelinat des filles que dirigent des Sœurs dominicaines. Comme la chapelle commune aux élèves des deux sexes est adossée à ce dernier établissement, tous les matins, les garçons s'y rendent pour entendre la messe que leur dit le P. Forestier. C'est le seul office dont ce Père est chargé pour les Sœurs, car elles ont leur chapelain particulier.

Le P. Forestier m'ayant invité à venir célébrer sa messe de communauté le lendemain, j'accepte d'autant plus volontiers cette invitation, que je vois dans les terrains qui avoisinent l'établissement, un champ très promettant pour la cueillette des spécimens.

Je fais dans l'après midi une chasse aux insectes dans le jardin ; malgré les fréquentes visites que j'y fais, j'y trouve toujours quelque chose de nouveau.

Comme une partie de ce jardin est plantée en foin, je me plais souvent à faucher à l'aveugle sur ce foin avec mon filet, et toujours ce sont de nouvelles connaissances pour moi que je recueille.

Malgré mes excursions en Floride et en Orient, je n'étais

6 LE NATURALISTE CANADIEN

pas encore entièrement délivré de cette crainte exagérée qne l'on se fait des animaux venimeux habitant ces contrées. Comme je n'étais chaussé que de légères pantouffles, je m'imaginais, chaque fois que quelque chose de résistant me touchait les pieds, de- voir sentir bientôt un horrible serpent s'enroulaut autour de ma jambe, ou, se glissant dans mon soulier, l'un de ces affreux myriapodes qu'on redoute tant ici, et contre la morsure desquels mon bas n'aurait pu offrir de protection suffisante, si bien que pour me mettre à l'abri de cette crainte, je n'hésitai pas à monter à ma chambre pour revêtir des bottes plus résistante o.

Chaque coup de filet amène toujours de nouvelles sur- prises. Parmi les nombreuses mouches, sauterelles, fourni is, coléoptères que l'on voit à chaque coup s'agiter dans le filet, je ne fus pas peu satisfait d'y reconnaître une merveille de la création, non par sa taille et son apparence, mais par la singu- larité de sa conformation. C'est à tel point que ceux qui n jn ont vu que la figure dans des livres, hésitent à croire qu'il y ait réellement des êtres conformés de cette façon. Ce petit in- secte, qui appartient à l'ordre des hémiptères ou punaises, porte le nom de Cyphonie, et se range dans la famille des Membra- cides. On sait que cette famille des hémiptères-homoptères se distingue d'une manière toute particulière par la singularité de ses formes; mais les Cyphonies l'emportent, je pense, sur tous les autres par leur conformation tout anormale.

Le genre Cyphonia a été créé par Laporte pour des in- sectes de l'Amérique du sud, mais comme ma capture ne ré- pond ni à la clavata, ni à la trijida qu'a décrites Fabricius, j'ai tout lieu de croire que c'est une espèce nouvelle, et j'en donne ici la description (1).

(1) Cyphonie à-manteau. Cyphonia chlamidata, sp. nov. Ç Loug. .2" pce. Itoussâtre avec le dos du thorax noir. Thorax

UNE EXCURSION .LUX CLIMATS TROPICAUX 7

A part les eucalyptus et les cocotiers qui bordent les allés principales du jardin, je remarque plusieurs autres arbres, de bonne taille et portant des fruits. L'un d'eux surtout était chargé de fruits de la plus belle apparence, ressemblant assez à des pommes de grosseur moyenne.

Comment appelez-vous ces fruits, demandai-je au Frère jardinier présent ?

Pommes de Cythère.

Sont-elles bonnes à manger ?

Excellentes.

Comme ces fruits étaient fort élevés, je cherche sur le sol pour eu trouver quelqu'un que je pusse goûter.

Vous n'en trouverez pas, me dit le Frère, car les agoutis qui en sont très friands savent fort bien s'en emparer dès qu'elles tombent par terre. Mais je vais vous en faire tomber.

Et prenant une pierre, il vise un fruit des plus mûrs et le fait tomber sur le sol.

Je le goûte, et le trouve en effet excellent, bien qu'il soit assez pauvre en chair, le noyau en occupant tout le centre. Tar sa chair tendre et son suc aigrelet, il me rappelle les nèfles que j'estimais tant en Europe.

Jeudi 19 avril. Ce matin, temps couvert et lourd, et à 10 h. pluie torrentielle, si bien qu'en moins de cinq minutes, les deux petits filets d'eau coulant de chaque côté de la rue, de- viennent de véritables fossés, entraînant dans leur cours rapide tous les immondices obstruant leur passage.

en avant du milieu armé de 2 cornes en forme de celles des taureaux vers le milieu, d'un fourche dont les brandies se courbent légèrement en dedans, et se divisant postérieurement en un trident dont chaque branche porte une vésicule noduleuse terminée par une longue pointe plus ou moins courbée, la médiane atteignant presque l'extrémité des élytres ; celles-ci entièrement transparentes, laissant voir le corps d'un verdâtre pâle. Pattes de la couleur du corps, les jambes et les tarses pâles ter- minés de noir. Son dos noir a toute l'apparence d'an manteau ou cara- pace ; tout le dessus porte de longs poils blancs épais.

8 LE NATUKALISTE CANADIEN

Mais un quart d'heure a suffi pour faire fondre le nuage qui portait cette fraction de déluge, et le soleil de se remontrer aussitôt aussi pimpant, aussi miroitant et d'aussi bonne humeur qu'auparavant.

Grand dîner aujourd'hui au réfectoire gras, l'archevêque avait été invité pour faire honneur aux deux visiteurs canadiens. Je dis réfectoire gras, pour le distinguer du réfectoire domini- cain, où le silence et l'abstinence sont perpétuellement de rigueur.

Le vénérable archevêque a bien voulu proposer la santé des deux prêtres canadiens, en exprimant l'espoir que quelques uns de leurs compatriotes viennent répondre à la pénurie de prêtres qui se fait si vivement sentir dans ces îles, à moins, ajouta-t-il, que nos deux estimables visiteurs consentent, sans plus tarder, à se fixer ici et à devenir des nôtres hic et nunc.

Pour nous, ai-je répondu, des obstacles insurmontables ne nous permettent pas de faire notre patrie de ce beau pays, qui nous plaît à tant de titres. Mon compagnon, qui est encore jeune, a voué ses aptitudes à une institution nouvelle qui lui ferait un crime de l'abandonner ; et quant à moi, le soleil est déjà trop bas sur l'horizon, pour commencer une nouvelle carrière devant durer trop peu. J'utilise les loisirs d'une retraite bien méritée après de longues années de services laborieux, en me livrant à l'étude des sciences ; mais bientôt je ne serai plus qu'un de ces vieux meubles inutiles qu'on relègue à l'écart, en attendant que le temps accomplisse son œuvre à leur égard. Tous ce que nous pouvons faire, c'est de promettre de diriger nos efforts pour engager d'autres prêtres, plus libres et mieux disposés que nous, à venir jouir de votre aimable hospitalité, pour répondre aux nombreux besoins que réclame le salut des âmes dont vous avez la charge.

Vers les 2h., accompagnés du P. ïïilaire, nous allons, avec la voiture des Pères, reconduire l'archevêque à sa résidence, et

UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX 9

nous continuons de chez M. Devenish à qui nous devions une visite depuis quelques jouis.

M. Devenish, comme je l'ai déjà noté, est un type tout par- ticulier. J'avoue que sa première entrevue ne m'en avait pas laissé une impression des plus favorables. Il parle, il parle, il parle, de tout et de bien d'autres choses encore ; il chante, récite des vers italiens, anglais, français, fait des calembourgs, et ses dis- cours qui n'ont ni queue ni tête ne m'avaient pas permis d'ar- rêter un jugement définitif sur lui. Je me sentais porté à le juger défavorablement. Il me faisait assez l'impression de ces bulles de savon, reflétant les plus vives couleurs, prenant par- fois les formes les plus gracieuses, puis tout-à-coup, paf ! adieu forme, couleurs, charmes, la bulle est passée. Je croyais à tout instant voir mon Protée tomber dans l'insignifiance, et cette existence si promettante se terminer prosaïquement en queue de poisson. Cependant, me disaient les Pères, c'est un brave homme, un cœur d'or, qui a beaucoup vu, beaucoup lu, et sait beaucoup.

Comme une notice biographique avait paru tout récem- ment sur mon homme, je n'avais pas manqué d'en saisir et noter les points les plus saillants, et il me tardait de le rencon- trer de nouveau, pour reconnaître la justesse des appréciations que l'on en avait faites.

Il vint nous recevoir sur sa véranda, avec force saluts et civilités, chantant des vers de je ne sais plus quel poète drama- tique.

Vous m'avez 'trompé, lui dis-je, vous m'avez dit que vous étiez sur mer, et c'est à Nantes, au milieu d'un bal que vous avez fait votre entrée dans le monde ; de là, sans doute, cette mobilité qui vous distingue.

Je le veux bien ; car tant que l'homme se remue, qu'il pirouette, gambade, sautille, avance ou recule, il se confirme lui-même qu'il vit et en donne aux autres la preuve ; du mo- ment que tout mouvement aura cessé, ma foi, l'heure du dernier

10 LE NATURALISTE CANADIEN

salut sora sonnée ; il y a soixante-quatorze ans que je m'agite pour convaincre tout le inonde que cette dernière heure n'est pas encore arrivée pour moi, et j'espère bien continuer encore ainsi durant de longues années.

Soixante-quatorze ans !...On vous en donnerait à peine soixante ?

Puis il nous introduit dans son riche salon, et nous pré- sente à quelques amis qui se trouvaient chez lui. C'est d'abord le Dr Léotaud, une célébrité de l'île dont j'avais déjà entendu parler, puis un autre docteur, son beau-fils, et enfin un M. Thibo, un enfant du Danemark.

Il m'avait déjà dit qu'il avait exposé à Londres 235 espèces de bois provenant tous de Trinidad. Je tenais avant tout à voir ces spécimens, car je trouvais vraiment extraordinaire qu'un si petit pays pût contenir tant d'essences forestières, lorsque le Canada, par exemple, qui le décuple en étendue, en contient à peine soixante.

Mais avant d'arriver aux spécimens botaniques, il fallut subir l'histoire de toutes les gravures, bronzes, photographies qui se trouvaient exposés là. Plusieurs pièces dans l'ensemble, comme, par exemple, des cadres qui avaient orné les murailles de la Malmaison qu'habita la malheureuse Joséphine, auraient mérité une attention toute particulière ; mais les moments étaient comptés, il fallait en venir sans tarder aux pièces les plus importantes à mon point de vue.

De ce premier salon, nous passons dans un second, non moins riche en objets d'art et en ornements de tout genre.

Voyez-vous ce buste, nous dit notre hôte, en nous indi- quant un plâtre sur une console ?

Mais c'est vous-même, repondîmes-nous.

Imaginez-vous que l'an dernier m'arrive un visiteur qui se dit artiste mouleur, et fait des instances pour prendre un masque sur ma figure.

UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX 11

Ça ne me fera nullement souffrir?

En aucune façon.

Tout à votre aise, pourvu que le procédé ne soit pas trop long.

Il me fait donc fermer les yeux et m'applique sur la figure une pâte à demi liquide qui retient mes traits. Après quelques jours, mon homme m'apporte une demi-douzaine de ces plâtres et disparaît.

Ce mouleur avait trouvé que j'avais plus d'un trait de res- semblance avec Bismark ; ayant donc coulé, je ne sais, peut- être des centaines de ces plâtres, il s'en alla à la Martinique, et les offrit pour de véritables portraits du chancelier prussien. Quelques martiniquois se montrèrent assez disposés à faire un mauvais parti à ce marchand ambulant, qui venait ainsi les in- sulter en leur offrant le portrait du plus grand ennemi de la France, mais d'autres, mieux avisés, pensèrent que ce serait pré- cisément donner de la vogue à la marchandise de contrebande en agissant ainsi, qu'il valait beaucoup mieux se cotiser pour débarrasser ce vendeur de sa marchandise et la livrer ensuite à la destruction. Ce qui fut fait aussitôt. Et bientôt on vit mon Bismark, mon portrait, sur tous les poteaux de l'île fran- çaise, pour servir de points de mire aux balles des revolvers, ou de cibles aux gamins pour les souiller d'une ordure quelconque. C'est ainsi que ce masque en volant en éclats, ou en recevant des souillures, servit à satisfaire la haine des français pour les prus- siens, et à garnir le gousset d'un pauvre diable. Et moi, comme Théodose après la révolte de Thessalonique, je portais la main à mon front, et disais à mes amis : rassurez- vous, je ne suis point blessé.

Allons, me dis-je, à part moi, nous ne parviendrons pas aux spécimens avant la fin du jour ; cependant il a dit qu'il avait trois ou quatre rapports officiels à faire ce jour-là, peut- être va-t-il se hâter davantage.

12 LE NATURALISTE CANADIEN

Après divers épisodes au sujet de quelques autres biblots exposés là, nous voici enfin dans une cour intérieure qu'il nous faut traverser pour entrer dans une espèce de boutique se trouvent ses spécimens.

Comme il y avait un fort bel arbre sous lequel nous passions, oubliant la consigne, je commets la faute impardon- nable de lui en demander le nom. Et sans plus tarder nous voici avec une leçon de botanique à n'en plus finir.

Nous pénétrons à la fin dans la boutique. Les spécimens sont étalés. On n'a pas adopté un étalon commun pour leur préparation, leurs dimensions sont à peu près proportion- nées à la taille des arbres qu'ils représentent, offrant des plan- chettes en parallélogrammes variant en longueur de 5 à 18 pouces et en largeur de deux à 15 pouces environ. La plupart montrent un bois à grain serré, à tissu superbe, à lustre bril- lant, pouvant faire dans la meublerie et l'ébénisterie des pan- neaux du plus bel effet.

M. Devenish m'avait déjà parlé des serpents venimeux qui se trouvent dans l'île et de la recette qu'il possède et qu'il pré- tend infaillible contre leur morsure. Comme en sa qualité d'arpenteur général il a exploré toute l'île, il est arrivé plus d'une fois que ses aides se soient fait mordre par des serpents dangereux, et toujours il était parvenu à neutraliser l'effet du venin et à sauver ses hommes. Ecoutons-le un moment lui- même.

" Je m'entretenais un jour avec le gouverneur de la recette infaillible que je possède contre la morsure des serpents ; je pourrai vous en donner une preuve, ajoutai-je, quand vous le désirerez, car je garde chez moi vivant l'un de ces redoutables reptiles, le crotale muet, Lachesis mutus, Daudin.

" Quelques jours plus tard, c'était à la fin de mars, le gou- verneur arrive chez moi.

Faites-moi donc cette expérience du venin des serpents dont vous vous vantez de pouvoir neutraliser l'effet.

UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX 13

Bien volontiers, j'ai ici tout ce qu'il me faut.

" Avec un rasoir j'enlève, sur la cuisse d'une chèvre qui était dans ma cours, le poil de manière à laisser sur un petit espace, le cuir à nu. Puis, saisissant mon reptile des deux mains, je l'excite en le tourmentant, et lorsque je le vois fâché» je lui approche la tête de la partie dénudée de la chèvre. Mais contre mon attente, le serpent se refuse à mordre ; je l'excite davantage, et toujours inutilement, il ne veut pas ouvrir la bouche.

C'est une blague que vons avez voulu me faire, dit le gouverneur, ce serpent n'est pas venimeux, car il ne se ferait pas prier pour mordre.

Attendez, je vais vous expliquer la chose. Nous sommes en carême ; or mon serpent qui sait bien son catéchisme, ne voudrait pas manger de viande devant un protestant. Eevenez après pâques, et vous verrez qu'il en sera tout autrement.

" dessus, milord de rire aux éclats, en admirant avec quelle ponctualité les lois de l'église étaient observées chez les catholiques. "

M. Devenish nous exhiba les crochets de ce crotale qu'il avait conservés. Il avait fait passer un mince fil d'argent dans le conduit au venin que portent ces crochets. De même que dans les mandibules des araignées, ce conduit n'aboutit pas à l'extrémité du crochet, mais à quelque distance de sa pointe. On conçoit en effet que si le crochet était percé à son extré- mité, le venin aurait peine à s'échapper lorsque la pointe s'en- foncerait dans les chairs, mais à quelque distance de la pointe, celle-ci peut facilement tracer son chemin, et comme elle est courbée, elle laisse libre jeu au venin pour communiquer avec le sang de la victime.

Comme M. Syl Devenish, par sa position, son éducation, ses connaissances, ses liaisons avec les personnages les plus marquants de l'Europe, est sans contredit, la personnalité la

14 LE NATURALISTE CANADIEN

plus en vue de la colonie, je glanerai, pour le bénifice de mes lecteurs, quelques traits des plus saillants dans la biographie qu'on en a publiée tout récemment Je traduis librement de l'anglais»

Syl est l'ermite de l'opéra comique qui voit tout, entend tout, con- naît tout, est partout, excepté vous croyez qu'il se trouve.

" Je puis certifier la présence de son chapeau et de son ombrelle sur la table de son bureau à midi ; et il m'a appris lui-même que ce jour-là il avait, sans faute, cinquante rapports à déchiffrer, à corriger, à signer ; vingt lettres officielles à écrire et à expédier ; quelques programmes de concert, imprimés en lettres d'or, à mettre sous enveloppes, pour celui de Ste-Anne, ce qui n'était pas le moins embarrassant de ce qu'il avait à faire. Il avait une assemblée à la Ice house ; trois poëmes du baron Van Skalkuyck à annoter ; un engagement urgent au comptoir du père Ambard pour dette à acquitter, et tout le reste. Ce que dix têtes de calibre ordinaire ne pourraient faire pendant un mois, était pour lui affaire de vingt minutes ; car le voici à 2h. après midi à Maracas, au milieu de la vallée, à 12 miltes de Port- d'Espagne, et en quel accoutrement grand Dieu !

" Costume, tout merde d'oie, excepté le turban blanc roulé autour de son chapeau de liège.

" Une bande de cuir blanc, avec une agraffe eu cuivre pla- qué d'argent de quatre pouces carrés portant ses armes en relief, ceinture sa taille. A cette ceinture est attaché un large cou- telas, aiguisé jusqu'au manche, dans un fourreau de peau de jaguar, et une dague australienne dans un étui de peau de kangarou.

" Pendant à cette ceinture, d'un côté : une lunette de cam- pagne dans un sac d'une peau de singe, contenant une cuiller, mie fourchette, un tirebouchon, du fil, des aiguilles, des boutons d'os et de nacre, deux chandelles coupées en quatre, une boîte

UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX 15

d'ail n mettes, une livre de sandwich, et une botte de copies de " Corue Cabrite le Chaste" sa dernière chanson pour distri- buer parmi ses amis en passant ; de l'autre côté, une boîte do cartouches, et une gourde pleine d'eau-de-vie.

" Devant lui, en guise de tablier, un sac de chasse ; et en bandoulière sur son dos, un Lefaucheux à double canon.

" Je fus effrayé en le voyant. En croirai-je mes yeux ? Est-ce bien vous, m'écriai-jo ? Quoi ! je viens de vous laisser en ville, avec une masse d'ouvrage sur les épaules ; j'ai poursuivi la route tout le temps sans m'arrêter, et vous voici devant moi ? Par êtes-vous passé, et quoi méchant coup vous proposez- vous de faire, car ce n'est pas pour chasser des oiseaux- -mouches que vous êtes ainsi armé ?

" Mon cher Manacal, dit-il, j'ai la fièvre. Regardant alors à sa montre Juste deux heures! Par Jupiter! et Laure qui m'attend. J'ai, voyez- vous, tous les plans de l'île dans ma tête ; il n'y a pas un seul petit sentier que je ne connaisse ; ainsi il n'est pas étonnant si, pendant que vous veniez par le grand chemin, j'ai pas^é par le sentier privé de Mamzelle Yeyette... Voyez, tout près d'ici, ce petit cottage sur le bord du chemin, c'est sa maison.

"En effet, repris -je, je vois le petit cottage parfaitement bien ; mais je reconnais aussi une autre chose : que nous n'avons pas passé les jours de Schéhérazad. Vous avez fait comme le prince de Terse, qui, monté sur un cheval de bois enchanté, ayant laissé le roi son père à midi, galoppa furieusement sur les montagnes et les vallées, les mers et les lacs, et arriva à minuit, au moyen, d'un coup de pied, dans le palais de la princesse du Bengale. Décidément Syl, vous avez le diable au corps.

" Mon cher ami, répliqua-t-il, en clignant de l'œil, une admirable créature certainement. Et continuant sur le même ton : charmante, intéressante au suprême degré. Elle aime beau- coup h me voir, puree que je l'égaie. Chaque fois que je vien8 dans le voisinage, je lui raconte un lot d'hi toires pour la faire

16 LE NATUKALISTE CANADIEN

rire. Voyez ce mouchoir dans la fenêtre ; elle l'agite pour nous dire adieu. Maintenant je m'envais chez Philippe Maingot, à Santa-Cruz ; il a de l'excellente bière et un certain fromage reçu d'Espagne par le Père Eancariolo qui est délicieux non le Père, on le dit maussade mais le fromage. Vous allez m'ac- compagner. Nous y rencontrerons probablement Maximilien Pampellone ; il vous donnera quelques nouvelles de son grand frère, le jockey. Je vous présenterai à Madame Philippe, qui sera charmée de faire la connaissance du baron de Manacal. Vous lui donnerez quelques nouvelles, ce qui ne sera pas difficile puisque j'en ai plein mes poches, et après le lunch, pour retour- ner à la ville, nous passerons par La Silla et Moka pour cueillir du cresson. Notez-bien que Laure a pour dîner aujourd'hui, du Caviar, du Falerne et du vin du Père Danglade qui va très bien avec le cresson. Ce brave Wilhelm ! quel bon gar- çon, si plein d'attention pour moi. Le Caviar vient de sa place ; il le tira de Sébastopol au temps du siège Dieu seul sait si, au lieu d'œufs d'esturgeon, ce n'est pas de la moelle anglo-française que ces coquins de Russes, pour se ven- ger, ont salée et mise en pots pour nous la faire manger. A propos de russes, savez- vous que je ne sais que faire des con- seillers ? Ah, l'exécrable institution. Toujours en opposition avec le règlement qu'ils ne comprennent pas. . Et ce qu'il y a de beau, c'est que le gouverneur s'en repose sur moi pour le leur expliquer. Il pense que je peux le leur inculquer comme une leçon de catéchisme bien, oui, ils ont le crâne épais ces conseillers ! Ma parole d'honneur, avec M. Jules, le beau Léonard, et cet animal de Hughes, la place n'est plus tenable ! N'en est-ce pas assez pour porter un homme à jeter par la fenêtre son diplôme de maître-es-arts, sa médaille des bois de colonie, même sa commission de secrétaire du Bureau central de voirie ? C'en est assez pour porter un homme au désespoir, pour lui tourner la cervelle comme avec une cuiller.

A suivre.

LE

•' ":"'; ?

Vol. XIX Cap Rouge, Q., Août 1889 No. 2.

Rédacteur: M. l'Abbc PROVANCflER.

UNE EXCURSION AUX CLIMATS TROPICAUX.

VOYAGE AUX ILES-DU- VENT

TROISIEME PARTIE.

(Continué de la page 16.)

" En vérité ceux qui sont actuellement fous sont heureux, parce qu'ils ne peuvent plus le devenir et ce qui me console sans compter les éternels rapports qu'il me faut toujours faire pour l'information du chef et les plaintes qu'on lui porte continuelle- ment contre moi heureusement je suis toujours correct et alors quelle belle humeur prend le chef, hein ! Qu'en dites-vous ? Par Jingo ! Si nous allions au concert ce soir ? A propos, pendant que j'y pense, lorsque nous passerons par les Champs Elises, faites moi penser à demander au Dr de Boissiere un livre que lui a prêté Renan Les Mémoires de Casanova; ne connais-

a— Août 1S89.

18 LE NATURALISTE CANADIEN

sez-vous pas cela ? Oh, alors vous devez le lire c'est curieux ; fin comme un abracadabra J'en ai eu pour la bibliothèque une copie, dont le juge Knox, après l'avoir examinée, a pris sur lui d'en faire un auto-da-fé, sans respect pour la morale !... Que pensez- vous de cela ? Ne pouvant le pendre, étant du papier, il le fit brûler. ..Il a toujours été constant avec lui-même le juge Knox. Lorsque vous verrez Stollmeyer, demandez-lui ce qu'il pense de Casanova ? Une semaine entière, jour et nuit, les yeux de ce vieillard ne se détournèrent pas de ce livre. Il fut, je vous le dis, tellement électrisé par ce livre, que sa barbe, par un effet rétroactif, de blanche qu'elle était, redevint jaune. Par Jupiter ! lisez-le. Je vous l'enverrai c'est à lire.

" Son cheval se cabra, effrayé à la fin de ce discours.

Qui cherchez- vous ?

-Syl.

le cherchez-vous ?

—Ici.

Il n'est pas ici ?

Non.

est-il donc ?

Partout à la maison du gouvernement ; à la chambre de lecture ; chez lui tournant des coques de cocos ; à un pique- nique ; à cheval; en voiture; à pied ; se cassant le cou dans les précipices de la Blanchisseuse à la recherche des meilleurs tracés possibles; traversant un torrent en sautant d'un abris- seau à l'autre comme un singe ; faisant un chemin dans la sa- vane de Caroni ; dormant sur un arbre au milieu d'un marais,